Dernièrement sur le blog - cliquez sur la couverture pour accéder à l'avis qui vous intéresse :

http://antredeslivres.blogspot.fr/2017/05/operation-pantalon.html http://antredeslivres.blogspot.fr/2017/05/jour-de-pluie.html http://antredeslivres.blogspot.fr/2017/05/mork.html http://antredeslivres.blogspot.fr/2017/05/la-roseraie-de-josephine-et-autres.html http://antredeslivres.blogspot.fr/2017/05/une-femme-sous-surveillance.html http://antredeslivres.blogspot.fr/2017/05/le-secret-de-linventeur-tome-2-lenigme.html http://antredeslivres.blogspot.fr/2017/04/la-cle-molette.html http://antredeslivres.blogspot.fr/2017/04/clovis-roi-des-francs.html

dimanche 14 mai 2017

Lazy Sunday #7 avec Un havre de paix


J'ai découvert le concept sur le blog De la plume au clic de Nova Baby, et comme il m'a bien plu je m'y mets moi aussi... :)

Le but ? Vous faire une présentation rapide de ma lecture en cours, ou de celle que je viens de terminer, et vous appâter avec un petit extrait pris (plus ou moins) au hasard en attendant la publication de la chronique complète.

***

 

Un havre de paix de Nicholas Sparks
Michel Lafon (2012) - 411
Romance


Katie débarque seule et sans attache dans la petite ville de Southport, en Caroline du Nord. Belle, jeune et mystérieuse, elle devient vite le sujet de toutes les conversations. D'abord déterminée à préserver sa solitude, elle finit par se lier d'amitié avec Alex, veuf et père de deux enfants. 

Ensemble, ils pansent des blessures anciennes. Mais alors que Katie reprend confiance en la vie, les fantômes de son passé la rattrapent. Ces mêmes fantômes qui l'avaient poussée, après un long voyage, à venir vivre recluse dans ce havre de paix. 

Va-t-elle céder aux doutes qu'ils lui inspirent, ou admettre que l'amour est souvent la meilleure chance d'échapper au souvenir des heures les plus sombres ?

  

« C'était une habitude, un tic qu'il avait noté lorsqu'il travaillait à la CID et parfois observé chez les femmes qui se présentaient au poste, le visage tuméfié - quand elles n'était pas totalement défigurées. Assises en face de lui, elles tripotaient leur alliance d'un geste machinal, telle la chaîne qui les reliait à leur bourreau. En général, elles refusaient de reconnaître que leur époux les avait frappées, et les rares fois où elles admettaient la vérité, elles insistaient souvent sur le fait que ce n'était pas sa faute, qu'elles l'avaient provoqué. Elles lui disaient qu'elles avaient laissé brûler le dîner, n'avaient pas fait la lessive, ou bien que le mari avait bu. »
p. 69


& Enjoy

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci de passer par ici et d'y laisser un commentaire. Je ne manquerai pas d'y répondre !

Ne pas mettre de liens dans votre commentaire.

Encore merci et à bientôt !