Dernièrement sur le blog - cliquez sur la couverture pour accéder à l'avis qui vous intéresse :

http://antredeslivres.blogspot.fr/2017/10/la-sur-du-roi.html http://antredeslivres.blogspot.fr/2017/10/a-nous-deux-paris.html http://antredeslivres.blogspot.fr/2017/09/gloutons-dragons-tome-1.html http://antredeslivres.blogspot.fr/2017/08/the-sun-is-also-star.html

mercredi 8 juin 2016

Charmer, s’égarer et mourir

Titre du roman : Charmer, s’égarer et mourir

Auteur : Christine Orban

Nombre de pages : 289

Mon édition : Albin Michel

Genre : Biographie, Non fiction

4ème de couverture :

« C’est Marie-Antoinette que je voulais écouter. L’écouter comme si j’avais été sa confidente. Sa voix résonne dans sa correspondance, dans ses silences, dans les mots effacés et retrouvés. Je l’ai entendue. Les lignes tracées de sa main sont comme des notes sur une partition de musique. Je perçois l’incertitude de son timbre, sa sensualité, je perçois des sons graves et légers comme l’eau d’une rivière, une rivière de larmes. »

 
Ce que j’en pense :

Christine Orban nous livre ici une œuvre intéressante et bien documentée. On sent qu’elle s’est passionnée pour Marie-Antoinette et qu’à travers cet ouvrage elle cherche à la connaître, à comprendre son destin et ce qui l’a amenée sur l’échafaud.

Ce qui est admirable avec ce roman, c’est qu’il ne diabolise pas Marie-Antoinette. En effet, l’auteur essaye d’être le plus objective possible. On découvre une femme plus humaine que la légende le laisse croire. Ses défauts ne sont pas cachés, au contraire, ils sont clairement exposés et Christine Orban s’interroge sur les raisons de tels comportements. Elle n’excuse pas la Reine, elle essaye juste de se mettre à sa place et d’interpréter ses réactions.
« Elle retourne dans le monde de l’enfance, puisque celui des adultes lui est inaccessible. » (p. 154)
Entre les mains de l’auteur, Marie-Antoinette n’est pas dépeinte comme une simple petite fille gâtée, frivole, égoïste et dépravée. C’est une jeune fille arrachée à son pays et sa famille, qui n’arrive pas à faire face au carcan de l’étiquette de la cour française, qui est manipulée de tous les côtés tout en étant très esseulée. C’est une femme, et une reine, délaissée par son mari, incomprise et honnie par son peuple. En conséquence, elle se retire en elle-même, semble courir après des bonheurs simples et enfantins. Ce qui causera sa perte.

Malheureusement, bien que ce roman ne manque pas d’intérêt, il y a plusieurs points négatifs qui m’ont empêchée de totalement apprécier cette lecture. Tout d’abord, je m’attendais à une fiction… ce qui n’est pas du tout le cas. Ce livre est en fait entre la biographie de Marie-Antoinette… et l’autobiographie de l’auteur. Je n’ai évidemment rien contre cette dernière, mais sa vie et ses états d’âmes ne m’intéressaient pas. J’ai même trouvé que les nombreux rappels au présent et à notre vie moderne cassaient le rythme, empêchant l’immersion totale dans la vie de Marie-Antoinette.
« Certains tiennent ce figaro déjanté [le coiffeur de Marie-Antoinette] pour responsable de la Révolution. Sans aller jusque-là, il a alimenté à coups de peigne l’image futile de la reine. Le peuple meurt de faim et son coiffeur joue à déverser le panier de la ménagère sur les têtes couronnées. Les folles coiffures en ces temps difficiles prennent l’allure d’une provocation, d’une farce de mauvais goût. » (p. 196)
Ensuite, Christine Orban ne revient pas sur la vie de Marie-Antoinette de façon tout à fait chronologique. Chaque chapitre s’intéresse plutôt à un thème et en parle. Chose qui m’a beaucoup perturbée car on fait sans cesse des bonds dans le temps, passant de son enfance à sa mort pour revenir sur le milieu de sa vie… Sans compter que du coup il y a quelques répétitions peu utiles.

En conclusion, un roman riche en informations et qui montre « l’Autrichienne » sous un visage humain. On s’attache et on comprend cette jeune fille déboussolée, cette reine mal aimée et cette condamnée pleine de courage. Malheureusement, je n’ai pas accroché à la forme de cet ouvrage, entre biographie et autobiographie, plus thématique que chronologique.

Appréciation globale :
Conquise par le fond, moins par la forme

Pour aller plus loin :



Se le procurer :

& Enjoy

2 commentaires:

  1. De Christine Orban j'avais eu la chance de lire "Quel effet bizarre faites vous sur mon coeur". J'avais beaucoup apprécié et j'attends cette lecture avec impatience quand même. Qui vivra verra!
    Merci :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'avais tellement adoré "Quel effet bizarre faites vous sur mon cœur" que je m'attendais à retrouver le même plaisir avec celui-ci... mais non... Mais n'hésite pas à tenter l'expérience ! Ce qui ne m'a pas plu te plaira peut-être ! Merci à toi !

      Supprimer

Merci de passer par ici et d'y laisser un commentaire. Je ne manquerai pas d'y répondre !

Ne pas mettre de liens dans votre commentaire.

Encore merci et à bientôt !